salarie-aidant8,3 millions : c’est le nombre total estimé d’aidants âgés de plus de 16 ans en France. Parmi ces personnes, la moitié sont des salariés et ont donc le statut de « salariés-aidants ».

Mais, quelle est la définition précise d’un aidant : c’est « la personne non professionnelle qui vient en aide à titre principal, pour partie ou totalement, à une personne dépendante de son entourage, pour les activités de la vie quotidienne »[1]. Cette aide peut prendre plusieurs formes comme notamment les démarches administratives, le soutien psychologique, ou encore les soins quotidiens.

Des chiffres alarmants

– 48% des salariés-aidants déclarent avoir une maladie chronique[2].
Jongler entre vie professionnelle et vie privée, c’est le combat mené par 4,1 millions de salariés en France. Pour la moitié d’entre eux, ce double-rôle serait à l’origine de maladies chroniques. En effet, entre stress, anxiété, fatigue morale et fatigue physique, le corps de ces personnes s’use à leur tour et finissent par ne plus pouvoir assumer cette suractivité.

impact-sur-la-sante

 

– 16 jours d’absence par an pour un salarié-aidant[3].
Remplacements, absences, démissions, temps partiels, tels sont les mots caractérisant les salariés-aidants. En effet, 40%[4] d’entre eux aménagent leur temps de travail en raison de leur rôle d’aidant. C’est un des chiffres qui explique pourquoi 42%[4] d’entre eux renonceraient à des opportunités de carrière.

impact-vie-pro

Ces chiffres reflètent bien les sacrifices faits par les salariés-aidants, que cela soit au niveau de leur santé ou dans leur vie professionnelle.


Quelles aides pour les salariés-aidants ?

Pourquoi les soutenir ?
Pour leur santé, en agissant afin que ces personnes n’en arrivent pas à des situations où elles pourraient se rendre malade pour en aider d’autres.

Pour leur bien être en entreprise : en effet, tous les sacrifices réalisés par les salariés-aidants ainsi que leurs conséquences sont un frein au bon développement de l’entreprise. Toutes les formes d’absence citées ci-dessus engendreraient un coût de 6 milliards d’euros par an[5] pour les entreprises françaises, soit une moyenne de 1500 euros par salarié-aidant.

salarie-aidant-cout-entreprise

 

Comment ?
Le statut d’aidant est en train d’évoluer. Leur existence est de plus en plus prise en compte. Grâce à la loi relative à l’adaptation de la société au vieillissement, les proches aidants bénéficient depuis Janvier 2016 du droit au répit. Il existe aussi de nombreux blogs, institutions, associations et entreprises qui sont au service des aidants familiaux. Ils peuvent leur prodiguer des conseils, des formations, des logements d’accueil de « répit » s’ils ont besoin de se reposer quelques temps, ainsi que des financements.

Enfin, des solutions technologiques complémentaires existent comme le service Otono-me de Telegrafik qui permet aux salariés-aidants de suivre en temps réel l’activité de la personne qu’ils aident et d’être informés en cas de problèmes. Pour plus de sérénité.

 

Sources :

[1] : Charte européenne de l’aidant familial
http://www.coface-eu.org/fr/Publications/Charte-Aidant-familial/

[2] : Association française des aidants 
http://www.aidants.fr/fonds-documentaire/dossiers-thematiques/sante-aidants

[3] : La maison des aidants
http://www.lamaisondesaidants.com/wp-content/uploads/2013/04/Les-Salariés-Aidants-en-chiffres.pdf

[4] APF – Enquête sur la charge de l’aidant familial ou proche aidant
http://www.reflexe-handicap.org/media/02/01/3583393420.pdf

[5] Age Village – Le site d’infos des seniors et des aidants
http://www.agevillage.com/actualite-13608-1-salaries-aidants-comment-les-entreprises-peuvent-faire-le-premier-pas.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *