image_printImprimer cet article
Article paru le 10 novembre 2014. Auteur : Olivier Auradou

Seniors : «Surveillance bienveillante»

Leonardo Noleto, Déborah Parès et Carole Zisa-Garat (debout)
Leonardo Noleto, Déborah Parès et Carole Zisa-Garat (debout)
 

 

 

Rester à son domicile le plus longtemps possible, c’est le souhait de la plupart des personnes âgées. Mais l’entourage s’inquiète souvent des risques encourus par leurs proches vieillissants. «Depuis 30 ans, la réponse à cette problématique c’est le bouton d’appel d’urgence, ou médaillon. Mais ce n’est pas très efficace, et ceux qui l’ont ne le portent pas car c’est stigmatisant, ou n’arrivent pas à appuyer dessus après une chute» assure Carole Zisa-Garat. Cette trentenaire Toulousaine a créé sa société en septembre 2013 après dix ans passés comme ingénieur chez Renault. «J’avais envie de créer mon entreprise, et les personnes âgées, c’est un sujet personnel au départ». Ainsi est né Telegrafik, start-up toulousaine spécialisée dans le big data, et son service Otono-me, une téléassistance version 2.0. «J’avais envie d’injecter de l’innovation en m’appuyant sur des technologies qui n’existaient pas il y a 5 ans, et de proposer des services connectés basés sur l’internet des objets». Concrètement, Otono-me ce sont cinq capteurs infrarouges passifs et un transmetteur, installés au domicile de la personne âgée, sans même avoir besoin d’internet (le système fonctionne en GSM). «Ce n’est pas la personne qui est équipée, mais le domicile» poursuit la présidente de Telegrafik. «Et on ne veut pas être big brother, on veut faire de la vigilance bienveillante. C’est pour ça qu’on n’installe pas de caméras». Tout est basé sur des algorithmes d’intelligence artificielle. «On a depuis le 1er octobre un partenariat avec le Laas-CNRS de Toulouse pour travailler avec leurs docteurs en intelligence artificielle». Les capteurs installés dans les pièces principales envoient leurs données qui sont analysées, et peuvent déclencher des alertes qui sont traitées via un centre d’appel spécialisé. «Mais notre système analyse aussi l’activité dans le temps de la personne âgée, pour voir s’il y a une baisse de cette activité et faire de la prévention le cas échéant». Telegrafik, qui «cherche à nouer des partenariats et trouver des distributeurs», a été invité par Orange – qui les soutient depuis le début – au grand forum de l’innovation Osons la France, à Paris début décembre. Une reconnaissance amplement méritée.
La Dépêche du Midi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.