image_printImprimer cet article

Article publié le 11 novembre 2014. Auteur : Isabelle Meijers.

Toulouse. Otono-me révolutionne le secteur de la téléassistance.

En équipant le domicile de personnes âgées ou fragilisées de capteurs capables de déceler des ruptures d’activité, Otono-me innove dans l’aide au maintien à domicile. Sa créatrice Carole Zisa-Garat attire à elle Orange, qui se lance dans la domotique.

« Au-delà de 65 ans, une personne sur trois va chuter dans l’année », selon Carole Zisa-Garat, présidente de la start-up toulousaine Telegrafik, créatrice d’Otono-me, un service d’alerte inédit pour personnes âgées vivant seules à leur domicile. Le secteur de la téléassistance utilise la même technologie d’un médaillon d’appel autour du cou ou du poignet depuis une trentaine d’années. « Or, ce système n’est efficace que dans 20 à 30% des cas. En effet, plus de la moitié des personnes concernées ne le portent pas au moment de la chute ou au delà de 85 ans, il leur est très difficile d’appuyer sur le bouton », analyse Carole Zisa-Garat.

Cette jeune ingénieure des Mines de Paris imagine ainsi une solution qui équipera non plus la personne mais son domicile. « Cinq capteurs sont installés dans le logement de la personne, quatre capteurs de mouvement et un capteur d’ouverture et fermeture de porte, qui vont permettre de suivre en temps réel l’activité de la personne dans son logement. Nous récupérons ces données à Telegrafik et les analysons via des logiciels auto-apprenants. Toute la valeur ajoutée d’Otono-me réside dans ces algorithmes d’intelligence artificielle », explique la présidente.

Une solution Plug and Play

Ensuite, en cas de rupture d’activité ou de dégradation lente de l’activité dans le temps, une alerte est lancée via SMS auprès des proches ou vers un plateau d’assistance sept jours sur sept, vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Pas besoin de connexion internet, compatible avec tous types de capteurs et bientôt complétée par une application smartphone destinée aux personnes référentes, la solution sera commercialisée dès le premier semestre 2015 auprès de professionnels de la téléassistance via un abonnement. « Une dizaine de clients pilotes sont déjà équipés depuis décembre 2013. Ce chiffre va passer à une centaine. Et les retours valident la valeur ajoutée pour les familles », constate Carole Zisa-Garat.

Intérêt de grands noms du marché des objets connectés

Pour créer Telegrafik au capital de 60.000 euros, la jeune femme confie avoir vendu son appartement il y a un an ! Elle a depuis reçu le soutien de l’agence régionale Midi-Pyrénées Innovation, de la banque publique d’investissement Bpifrance via une bourse French Tech, de Nubbo, l’incubateur, de la Région, du laboratoire Laas-CNRS, de la société toulousaine Ekito et non des moindres d’Orange, décidé à partir à l’assaut du marché des objets connectés, domaine de prédilection de Telegrafik. La société a intégré l’Orange Fab France, programme d’accélération de l’opérateur. « Cinq start-up seulement sur 150 ont été retenues. Nous prévoyons de signer un contrat de partenariat avec Orange pour mettre au point une offre en commun », explique Carole Zisa-Garat. Le marché européen est visé, en particulier l’Allemagne à la démographie vieillissante. Telegrafik table sur un chiffre d’affaires de 300.000 euros en 2015, doublé en 2016. Isabelle Meijers

Sur les photos : Carole Zisa-Garat dans les locaux de son entreprise avec le boitier Otono-me, et son équipe. Photos Kévin Figuier – ToulÉco

 

Logo Touéco

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.